La Terre

 

Je suis la Terre

Et, dans ma masse informe, malléable,

L’Artiste m’a sculptée pour vous,

Telle que je vous apparais.

 

Vous me croyez immobile,

Pourtant, je suis le mouvement.

Dans l’espace

Et la communion du silence,

Je vous attends.

Vous voudriez me voir

Tourner sur moi-même

Alors que c’est vous qui tournez

Autour de moi. Voyez !

Dans l’apparente immobilité,

Je suis votre mouvement.

 

Sous votre caresse, vous me sentez :

Solide comme le roc,

Mais douce comme la cire,

Ronde comme un jeu d’enfant.

Mes yeux ne sont pas vos yeux.

Mon visage n’est pas votre visage

Et pourtant, en me regardant,

C’est vous que vous regardez !

Je suis les anses et les méandres

Cherchant, dans vos cœurs compliqués,

Le passage de l’éternité.

 

Et je rêve ! Oui, je rêve …

Moi, dont l’Artiste a tant rêvé !

Dans son Amour, quand je naissais,

Déjà, mon rêve me portait !

Oui, quand son Verbe me sculptait,

Déjà, mon âme vous cherchait !

 

Maintenant, vos yeux me voient,

Vos mains me touchent

Et vous tournez autour de moi.

Comprenez-vous

Que chacun de mes rêves

Porte votre visage ?

Quand vous me regardez,

A travers moi, je sais

Que l’Artiste vous a trouvé !

Je suis la Terre …

 

Marie-Hélène Dupont –Orâme